Les causes des hémorroïdes : tout ce que vous devez savoir

juin 14, 2023

On ne pense pas toujours au mal du siècle. Il existe de nombreux maux et de préoccupations liés au rectum et à son environnement, dont une pathologie parfois considérée comme honteuse mais très répandue : les hémorroïdes. Les symptômes varient de la constipation aux saignements à la gêne et aux démangeaisons. Cependant, cette affection est souvent mal connue malgré sa popularité.

Les hémorroïdes : une question vasculaire

Il est important de garder à l'esprit la nature même des hémorroïdes. Bien que le terme soit généralement associé à une maladie, il fait en réalité référence à des formations veineuses courantes et universelles. Elles se trouvent dans la région anale et le rectum et fournissent un joint étanche pour aider à la continence. Ce n'est que lorsqu'elles se dilatent de manière anormale, provoquant un inconfort ou des douleurs, qu'elles sont considérées comme un problème de santé.

Cela peut vous intéresser : Les causes méconnues des hémorroïdes

hemorrhoids

Quand l'organisme fait des siennes

Il serait incorrect de limiter les causes des hémorroïdes à une seule source. En fait, il existe plusieurs facteurs qui contribuent au phénomène et il existe de nombreuses raisons pour lesquelles les crises hémorroïdaires peuvent survenir. La constipation est l'une des plus importantes d'entre elles. Effectivement, la défécation accompagnée d'un effort de défécation exerce une pression considérable sur les veines de la zone anale, ce qui favorise leur dilatation.

Avez-vous vu cela : Hémorroïdes : Les causes, symptômes et traitements

De même, une position assise prolongée ou une mauvaise activité physique peuvent entraîner des problèmes hémorroïdaires. En raison de ces circonstances, il y an une pression continue sur la zone anale, ce qui permet la dilatation des vaisseaux sanguins.

Les périodes de grossesse et d'accouchement sont propices à la survenue de crises hémorroïdaires. Lors de ces étapes, la pression dans l'abdomen augmente, ce qui peut dilater les veines anales. De plus, l'effort de poussée pendant l'accouchement peut provoquer une dilatation aiguë des hémorroïdes.

Le rôle crucial de l'alimentation

Le régime alimentaire est un facteur important dans la survenue de crises hémorroïdaires. Une constipation, par exemple, peut être causée par une alimentation faible en fibres, qui peut également être un facteur de crise hémorroïdaire. Une alimentation riche en fibres, quant à elle, favorise un transit intestinal régulier, réduisant ainsi la pression exercée sur le rectum lors de la défécation.

Aliments riches en fibres Aliments pauvres en fibres
Légumes Viandes rouges
Fruits Produits laitiers
Céréales complètes Aliments transformés
Légumineuses Sucres rapides
Graines Alcool

Tableau 1: Exemples d'aliments riches et pauvres en fibres

Par leur effet irritant sur le tube digestif et la muqueuse anale, le café, l'alcool ou les épices peuvent aggraver les crises hémorroïdaires en cours.

Le poids de l'hérédité et de l'âge

Il convient également de ne pas négliger l'impact des éléments génétiques et du vieillissement. Par conséquent, une fragilité veineuse héréditaire peut augmenter la sensibilité aux hémorroïdes. De plus, l'élasticité des tissus diminue avec l'âge, notamment dans la zone anale, ce qui peut entraîner des crises.

Obesity

Prévenir et guérir

La prévention des hémorroïdes nécessite d'abord une compréhension des causes et des facteurs de risque. Par la suite, il est possible d'envisager une variété de méthodes, allant du traitement médical (comme des pommades, des crèmes, des suppositoires...) à la procédure chirurgicale, en passant par des méthodes naturelles et des changements de mode de vie. La gravité des symptômes, leur fréquence et l'impact de la maladie sur la qualité de vie de la personne détermineront le traitement.

De nombreuses personnes mal comprennent les hémorroïdes, qui sont une maladie répandue. Pour les prévenir et les traiter, il est important de comprendre les divers facteurs impliqués, tels que l'alimentation, le comportement, la génétique ou l'âge.

Est-ce que vous êtes prêt à revoir votre point de vue sur cette affection ?