Traitement des hémorroïdes par ligature élastique

avril 19, 2022

Les hémorroïdes font partie intégrante du corps humain et se situent au niveau du canal anal. Lorsque des anomalies se présentent sur ces structures anatomiques, on parle de maladie hémorroïdaire. Ces maladies peuvent avoir comme symptômes, l’extériorisation des hémorroïdes ou encore des douleurs et des gonflements. Ces maladies se traitent de différentes manières dont chirurgicalement, médicalement et instrumentalement. Parlant de la technique instrumentale, la méthode de la ligature élastique est la plus utilisée. Voici un guide qui vous explique comment marche cette méthode.

Principe de la ligature élastique

Cette technique de traitement de l’hémorroïde consiste à faire une cicatrice pour renforcer le tissu de soutien situé au sommet des hémorroïdes. Pour y parvenir, il faut étrangler la zone superficielle de la muqueuse du rectum dans un anneau élastique. La zone étranglée sera nécrosée. Elle tombera ensuite, quelques jours après laissant ainsi une cicatrice fibreuse.

En parallèle : Quelle tisane prendre pour les hémorroïdes ?

Avant le traitement

Ce traitement est réalisé par un médecin compétent et ne nécessite pas une préparation ni une anesthésie locale. Vous serez allongé sur le côté gauche ou parfois à quatre pattes.

Si vous craignez de voir des selles dans le rectum, vous pouvez, avant le traitement, mettre un microlavement ou un suppositoire qui évacue les excréments. Un traitement à base d’antibiotique peut être prescrit quelques jours avant l’intervention. Cette prescription permet de réduire les risques d’infection. Également, vous pouvez prendre un antalgique comme le paracétamol ou un anti-inflammatoire non stéroïdien.

A découvrir également : Qu'est-ce que les hémorroïdes thrombosées ?

Au cours du traitement

D'une main gantée et lubrifiée, le médecin s'approchera pour effectuer un toucher rectal. Ensuite, il introduira doucement un anuscope qui n'est rien d'autre qu'un tube en plastique jetable. C’est à travers ce tube que la ligature s’effectuera. On peut avoir deux ou trois ligatures au cours d’une même séance. Cette opération est très peu douloureuse, car la zone du corps concernée est peu sensible. Par contre, elle n’est pas totalement indolore.

Suite à cette opération, vous pourrez avoir la sensation de vouloir aller à la selle ou de faire une crise hémorroïdaire. Cette sensation dure plusieurs heures et parfois plus d’une journée.

Après la ligature élastique

Le médecin vous prodigue plusieurs conseils que vous devez respecter après la ligature élastique. Entre autres, vous ne devez pas reprendre aussitôt vos activités après le traitement. En effet, cela pourrait engendrer des douleurs plus ou moins conséquentes. Il est recommandé que vous soyez accompagné pendant le traitement, car il peut présenter des symptômes immédiats comme la tête qui tourne, les nausées et des sueurs. De ce fait, vous devez vous faire accompagner dans les heures qui suivent votre traitement. Néanmoins, ces effets secondaires ne sont ni dangereux, car elles sont normales.

Vous devez également éviter les activités physiques intenses sur une durée d’au moins une semaine. En cas de douleur, vous pouvez prendre un anti-inflammatoire non stéroïdien ou le paracétamol. Consultez quand même l’avis de votre médecin si les douleurs persistent.

Des saignements peuvent survenir pendant 10 à 15 jours. Cependant, ces symptômes ne vous empêcheront pas d’aller à la selle. Vous devez surveiller votre alimentation pour éviter d’être constipé. Vous pouvez faciliter le transit en consommant un laxatif.

Ce geste pourrait avoir des complications dans des cas exceptionnels (infections et saignements). Vous ne devez pas alors prévoir des déplacements de plusieurs heures en position assise pendant au moins 3 semaines.

2 à 3 séances, espacées de 2 à 6 semaines, peuvent être nécessaires pour traiter vos symptômes.

Quelques précautions à prendre

Vous devez absolument prendre quelques précautions afin d'éviter d’éventuelles complications. Pour cela, il est conseillé d’informer votre médecin si vous suivez un traitement à base d’anticoagulant ou des antiagrégants plaquettaires.

Vous devez aussi l'informer si vous souffrez d’une maladie immunitaire (infection VIH) ou si vous consommez un médicament diminuant l’immunité. Il en est de même si vous attendez un bébé. N'hésitez pas à informer votre médecin.